Fort de Lohagad ou le sentier interdit


Pune n’est pas une ville très touristique, mais elle est entourée de montagne. Et dans le Maharashtra, qui dit montagne dit fort. Nous connaissions déjà le fort de Sinhagad, qui est également un spot de trail, et nous avons décidé de continuer notre « fort quest » depuis Lonavala.

Benoit a fait le trajet en vélo, et Thelma et moi en voiture. Nous nous sommes retrouvés au Mapro Garden de Lonavala pour déjeuner une soupe du jour. Puis nous avons fait notre check-in pour 3 nuits à l’hôtel Rythm. Pour cette première après-midi, nous avons visité les Karla Caves. Ces grottes n’ont pas un grand intérêt, d’autant que le site est assez sale et dégradé.

C’est au deuxième jour que la « fort quest » commence réellement. Nous commençons par le fort de Lohagad. C’est probablement un des forts les mieux conservés, et pour nous une belle surprise. Nous nous garons et entamons la montée des marches jusqu’au sommet. Tout le long de la montée on croise des singes de toutes tailles ; c’est toujours impressionnant quand vous voyez les singes qui vous surplombent à la sortie d’un virage, il vaut mieux tourner large !

Des singes partout !

Au sommet il y a bien sûr un petit temple hindou. A chaque bout du fort, il y a un drapeau orange. Nous entamons notre marche sur le plateau. Le panorama est agréable malgré un ciel bleu et voilé. Les Indiens prennent des pauses de méditation en regardant au loin ; on vous a déjà parlé de leur passion pour les photos et les selfies ?

Guess what ? On y est allé !

Un panneau indique de ne pas aller plus loin, le sentier est barré, la suite est potentiellement dangereuse. Evidemment, rien que de lire ce panneau me donne le vertige dans les jambes. Le chien qui nous suivait s’est endormi devant les barrières. Mais ce bras de fort, avec le drapeau orange au bout est trop tentant. En plus nous avons vu 2 Indiens en revenir. Nous nous engageons donc dans ce chemin, et nous avons bien fait car il n’y avait pas de danger majeur. Je m’installe sous le drapeau pour une tétée avec vue de Thelma, puis Benoit lui change sa couche. Thelma, qui a 3 mois ce 20 décembre 2019, est ravie, d’autant plus que des groupes d’Indiens arrivent et lui font des sourire, claquent des doigts. Ils ne sont pas habitués à voir un bébé en randonnée, et tous sourient ou rient quand ils nous croisent, on entend des « so cute ». C’est l’effet Thelma!

Dans la descente, nous croisons encore des singes qui s’épouillent. Nous doublons un jeune homme qui tendait son sac à un singe pour qu’il attrape un paquet de pop corn. Tous les singes du coin se dirigeaient vers lui attirés par le bruit du paquet. Nous en profitons pour passer rapidement ni vus ni connus. Le jeune homme nous expliquera en bas qu’il a dut laisser son sac à dos aux singes.

Après un déjeuner composé de paquet de chips et d’energy balls maison, nous terminons notre après-midi par le site des Bhaja Caves, beaucoup mieux préservé que celui des Karla Caves. Le site est relativement calme, mise à part un monsieur qui regarde une série sur son téléphone à fond à l’entrée, et les grottes sont jolies, notamment la principale avec le grand Lingam (représentation phallique du dieu Shiva). Au moment où nous rejoignons la voiture, des hordes d’écoliers, entre 70 et 100, débarquent pour monter au Bhaja Caves ; nous avons eu de la chance !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.