Troisième trimestre de grossesse en Inde


Ce titre est mensonger car j’ai passé les 6 premières semaines de ce troisième trimestre en France, mais pour mieux revenir à Pune…

Les 6 semaines en France ont été salutaires : de la nourriture française, la famille, les amis !! Mise à part la canicule des 10 premiers jours, fini les 40° secs de Pune, je peux enfin respirer et avoir moins de migraines…

J’ai profité de mon passage à Lyon pour voir le gynécologue qui m’avait suivi sur le premier trimestre de grossesse. Il a eu l’air satisfait du suivi de Dr NM, mais surtout, il nous a annoncé que nous attendions une petite fille ! Ostéopathes, naturopathe, sage-femme, j’ai enchaîné les consultations avec ces spécialistes qui n’existent pas en Inde. Avec Benoit, nous avons eu la chance d’avoir 2 rendez-vous avec une sage femme libérale de Granville pour nous préparer à l’accouchement. Bien sûr ces consultations sont complétées par des sessions shopping bébé de ce que l’on ne trouve pas en Inde (sérum physiologique, cosmétique bio, poussette Yoyo, liniment etc…).

De retour en Inde, le rythme des consultations gynécologiques s’est accéléré : 5 minutes toutes les semaines. Nous avons quand même pu caler notre projet naissance. Dr NM me demande de compter qu’il y ait au moins 10 mouvements par jour du bébé, et de marcher en mode « danse des canards » plusieurs fois par jour.

J’ai fait une échographie au CAH qui confirme que le bébé est bien en position tête en bas (et ce depuis le 6ème mois), et qu’il est dans la norme.

J’ai également été recontactée par une Française formée prof de yoga méthode De Gasquet, avec laquelle j’ai pu faire quelques cours de yoga prénatal, avec de riches échanges sur le travail et l’arrivée de bébé, dans un contexte Inde.

Pendant ce troisième trimestre, nous mettons un coup d’accélérateur sur la vie sociale, apéros, dîners etc… pour en profiter un maximum avant l’arrivée de bébé. En parallèle, je me prépare au post accouchement en entamant ma dernière lecture de Bernadette de Gasquet « Mon corps après l’accouchement, tout se joue avant 6 semaines« . Je continue mes petites marches dans la résidence en écoutant les vidéos de la maison des maternelles.

J’ai la chance d’être bien entourée : 2 copines m’ont organisé une baby shower, au début du 9ème mois. J’ai donné la liste des copines à inviter sans enfants ni mari(elles sont toutes venues), la date, le lieu (chez moi), et elles se sont chargées du reste. Le matin de la baby shower, Pauline, notre femme de ménage (appelée « maid » ici), a décoré le salon avec des fleurs fraîches. Et à 14h, les copines sont arrivées, en tenue indienne, avec des vivres. Dessin au henné sur les mains, habillage en sari et bénédiction hindoue, sessions photo j’ai été gâtée ! Le plus dur était de ne pas pouvoir boire de vin blanc avec elles, bien que Dr NM m’autorise 2 verres d’alcool par semaine…

Pour préparer la chambre de bébé, nous avons pu acheter des meubles seconde main à des expatriés (lit à barreaux, chaise haute). Des amies – Mille Mercis – m’ont également prêté ou donné des affaires (vêtements, jouets, systèmes de portage, lit cododo, transat, tapis d’éveil, baignoire…). Le plus difficile à trouver était une table à langer digne de ce nom ; nous avons profité d’un camion affrété par un couple d’amis depuis Ikea Hyderabad pour faire venir une belle table à langer. C’est presque le seul meuble neuf que nous ayons acheté.

Nous avons tout de même apporté des affaires de France : beaucoup d’habits grâce à ma belle sœur et à ma mère – Mille Mercis – , un cosy siège auto et une poussette Yoyo achetés sur Le Bon Coin, des couches lavables neuves et de la parapharmacie.

Enfin, nous avons réservé le pack Venus à l’hôpital qui comprend une chambre simple, les actes médicaux d’accouchement mais surtout des « à côtés » très prisés des Indiens tels que la décoration de la voiture et un gâteau pour fêter l’arrivée du bébé.

La chambre est prête pour l’arrivée du bébé, la grosse valise de maternité aussi. Le numéro de l’ambulance pack Venus du CAH est sur le frigo si jamais nous devons partir à l’hôpital lorsque le chauffeur n’est pas là. Mais n’est-on jamais prêt pour un accouchement ? A fortiori en Inde ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.